en  fr  de
  1. Accueil
  2.  > 
    Programme
  3.  > 
    Programme 2000-2003

Programme 2000-2003

Introduction

Cette section propose les résultats des 24 projets conduits par le Centre européen pour les langues vivantes (CELV) dans le cadre de son premier programme d’activités à moyen terme 2000-2003.

Les publications de l’ensemble des projets du CELV sont téléchargeables à partir de la page suivante : Publications du CELV

Publications

1.1 Organisation et format de l'enseignement des langues

Apprendre efficacement plus d'une langue: l'apprentissage et l'enseignement d'une troisième langue en Europe
Dans de nombreux pays, les enfants se voient proposer au moins deux langues vivantes qui sont souvent enseignées séparément. La recherche montre cependant que des langues différentes peuvent se compléter au cours du processus d'apprentissage. Est-il possible de créer des synergies concernant l'enseignement et l'apprentissage des langues suivantes? C'est là la question que notre projet a examinée.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

Nous voulions examiner comment l'apprentissage d'une langue suivante ou d'une troisième langue peut se baser sur les connaissances acquises lors de l'apprentissage d'une première langue vivante. Ceci a exigé que nous:

  • examinions et développions les bases linguistiques pour la planification et la structuration de l'enseignement d'une troisième langue
  • présentions des idées concernant les grandes lignes méthodologiques de l'enseignement et de l'apprentissage d'une troisième langue
  • examinions comment l'instruction dans la première langue vivante (généralement l'anglais) peut être planifiée et mise en oeuvre afin d'ouvrir la porte à l'apprentissage d'autres langues vivantes.

Comment avons-nous examiné ces questions et tiré des conclusions?

Nous avons organisé une conférence initiale à Graz et des réunions de réseau à Munich. En outre, des ateliers régionaux sur la situation spécifique à ces régions ont eu lieu à Riga et à Bienne. Ces événements se sont concentrés sur «l'allemand après l'anglais».

Nous avons examiné des facteurs liés tels que:

  • les similitudes et les différences structurelles entre la première langue vivante et les suivantes
  • les conséquences des situations multilingues sur les considérations didactiques
  • le facteur de l'âge dans l'enseignement d'une troisième langue
  • l'influence des concepts multilingues d'enseignement sur la didactique de la troisième langue (éveil aux langues, immersion, enseignement en tandem, etc.)
  • des exemples de bonnes pratiques.

Quels ont été les principaux résultats du projet?

Une approche didactique visant spécifiquement les troisièmes langues est nécessaire et utile. Chaque région a besoin de sa propre variante linguistique spécifique. A l'avenir, il nous faudra examiner comment élargir une approche spécifique aux langues afin de soutenir un apprentissage multiple des langues en général.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

  • Dans la publication du CELV: Mehr als eine Fremdsprache effizient lernen: Tertiärsprachen lehren und lernen in Europa. Beispiel: Deutsch als Folgefremdsprache nach Englisch (rapport d'atelier n° 11/2000) Dans la publication du CELV: Mehrsprachigkeitskonzept -Tertiärsprachenlernen - Deutsch nach Englisch Dans les supports didactiques correspondants: Deutsch im Kontext anderer Sprachen, Tertiärsprachendidaktik: Deutsch nach Englisch (Gerhard Neuner, Britta Hufeisen, Anta Kursisa, Ute Koithan, Nicole Marx, Sabine Erlenwein), Munich, Goethe Institut Inter Nationes (version provisoire) 2003.

Coordinateurs:
Gerhard Neuner & Britta Hufeisen (Allemagne)

Equipe de projet:

Maria Cristina Berger (Italie) Annie Fayolle-Dietl (Suisse) Ute Koithan (Allemagne) Christine Le Pape (Suisse) Nicole Marx (Allemagne)
Ljubov Mavrodieva (Bulgarie) Jean Racine (Suisse) Ursula Viita-Leskelä (Finlande)

Télécharger le document

cacher

L'Organisation de l'enseignement des langues dans les petits Etats
Plurilingualism in small states: choice or necessity? The consequences for schools.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

Cet événement constituait l’occasion de souligner les efforts faits par les petits Etats dans le domaine des politiques linguistiques, des programmes et des ressources humaines afin d’assurer une variété et une qualité optimale dans l’enseignement des langues.
Il s’agissait plus précisément de:

  • mettre en place une vue d’ensemble sur le sujet
  • faire prendre conscience des caractéristiques (les plus détachées) de l’organisation de l’enseignement des langues dans les petits Etats et les mettre à la disposition d’un public plus large
  • mettre en valeur le contexte multilingue spécifique aux petits Etats.

Comment avons-nous examiné ces questions et tiré des conclusions?

Pour aborder la thématique, une série de descriptions a été menée à terme, avant l’organisation de l’événement régional, dans cinq pays. Pendant l’atelier, 35 participants nationaux et internationaux ont pu discuter des théories, de la pratique et des résultats des études de cas en combinant expositions et conférences, visites de centres éducatifs et débats et échanges au sein des groupes de travail. Après l’atelier, une publication recueillant les études de cas, une description du déroulement de l’atelier et une exposition des résultats a été élaborée.

Quels ont été les principaux résultats du projet ?

Il a été clairement démontré que des tendances communes existent dans la plupart des petits Etats européens et il a été établi que les aspects géographiques, historiques, politiques, économiques, ainsi que la composition ethnique et la tradition culturelle,déterminaient la position vis-à-vis de l’enseignement des langues. Parallèlement, les différences ont été soulignées et explorées dans le but d’en déterminer les origines. En ce qui concerne les défis, c’est en termes de quantité (diversification des langues enseignées dans les écoles, ressources humaines destinées à l’enseignement des langues) et de qualité (options méthodologiques,expertises scientifiques sur des facteurs pouvant être déterminants, les relations entre le multilinguisme et le multiculturalisme) qu’ils ont été organisés..

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet ?

En lisant la publication du CELV «L’organisation de l’enseignement des langues dans les petits Etats»

Coordinatrice: Francesca Junyent Montagne (Andorre)

Equipe de projet: Maria Teresa Cairat Vila (Andorre) Antoinette Camilleri Grima (Malte) Kalevi Pohjala (Finlande)

Télécharger le document

cacher

L’enseignement de la langue du voisin en région frontalière
L’Europe se construit rapidement, surtout dans les régions frontalières. C’est également là que les besoins en matière deconnaissances de la langue du voisin sont les plus importants et les plus différenciés. Des approches adaptées sont donc nécessaires. Ces régions deviennent ainsi des laboratoires d’innovation pour l’enseignement des langues.

plus d'info

D’autres pratiques dans les régions frontalières?

Le projet a permis de dépister des approches qui profitent pleinement de la proximité géographique de l’autre langue. Il en est ainsi des formules d’apprentissage en tandem où des paires d’élèves, de part et d’autre de la frontière, s’aident mutuellement à apprendre leur langue respective. À d’autres endroits, des formations communes regroupent des élèves des deux côtés de la frontière et proposent des formes d’enseignement bilingues et binationales. Pourtant, beaucoup de régions frontalières sont débutantes en la matière.

Comment diffuser ces bonnes pratiques?

À travers ce projet, un bureau de coordination a été créé pour diffuser ces bonnes pratiques: CICERO. Une banque de données contenant des descriptions de projets, des conseils pratiques, les noms des experts, ainsi que des actualités permet d’améliorer les savoir-faire. Quelques publications imprimées avaient le même objectif. Les séminaires tenus dans plusieurs régions frontalières ont encore été d’une plus grande efficacité, permettant de mettre en place des activités dans des régions comme le Pays basque où le français et l’espagnol se côtoient et où la langue basque est la langue commune. Ou encore dans une région où la frontière n’a même pas encore été définie: l’Estonie et la Russie.

Comment passer à l’action?

Malgré des résultats concrets dans certaines régions, la diffusion d’exemples de bonne pratique ne mène pas encore à la réalisation, à grande échelle, d’un meilleur enseignement. Voilà pourquoi, dès le début, nous avons mené des actions d’information, de sensibilisation et de dissémination auprès des autorités nationales, régionales et locales, en vue de promouvoir l’apprentissage de la langue et culture du voisin, dans l’intérêt d’une meilleure compréhension entre les peuples de l’Europe. Un travail que nous comptons continuer.

Where can you read more about the results of our project?

  • Pour de plus amples informations, consultez le CD-ROM: «La langue du voisin en région frontalière» et visitez le site www.cicero-net.nl

Coordinateur:
Ruud Halink (Pays-Bas)

Equipe de projet:
Albert Raasch (Allemagne) Gabriele Schmitz-Schwamborn (Pays-Bas) Ulrike Schwarz (Allemagne) Juri Valge (Estonie)

Télécharger le document

cacher

L’alphabétisation comme correspondance – une approche intégrée de l’alphabétisation multilingue
Comment les enseignants et les apprenants gèrent-ils l'enseignement de l'alphabétisation dans leur première ou deuxième langue ou les langues suivantes, vu le nombre et la complexité des questions devant être traitées au cours de ce processus? Que pouvons-nous apprendre en comparant différentes approches?

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?
Nous voulions:

  • savoir s'il existe des éléments communs et des liens entre les méthodes d'enseignement de l'alphabétisation dans la première/deuxième langue étrangère dans le contexte européen
  • présenter des exemples d'enseignement de la première langue et des alphabétisations suivantes
  • réfléchir aux méthodes d'enseignement de l'alphabétisation, identifier des techniques appropriées à des circonstances spécifiques tout en tenant compte des difficultés ou des conditions favorables
  • mettre en place des groupes de réseaux de recherche afin d'examiner et de comparer l'enseignement de l'alphabétisation dans la première/deuxième langue ou la langue suivante.

Comment avons-nous examiné ces questions et tiré des conclusions?

  • Les participants à l'atelier ont rempli un questionnaire fournissant des informations sur l'enseignement de la première/deuxième alphabétisation et l`alphabétisation étrangère dans leur pays.
  • Des présentations faites par l'équipe ont mis l'accent sur la relation entre enseignement de la première et de la deuxième alphabétisation dans plusieurs pays.
  • Les participants ont été invités à identifier des questions d'intérêt dans l'enseignement de l'alphabétisation dans leur contexte. Ils ont également identifié des similarités & des différences entre première/deuxième alphabétisation et l`alphabétisation suivante
  • Des groupes de réseau de recherche ont été formés concernant l'acquisition par des enfants de la première alphabétisation en L2; de la deuxième alphabétisation en L2; de la deuxième alphabétisation dans une LE.

Quels ont été les principaux résultats du projet

  • L'enseignement de la première et/ou de la deuxième alphabétisation dans les pays européens est effectué par le même enseignant dans un certain nombre de pays et par des enseignants différents dans un nombre égal de pays.
  • Certains ont essayé de relier l'enseignement de la première et de la deuxième alphabétisation; d'autres pensent que celles-ci devraient rester séparées.
  • L'accent est mis sur les phoniques dans l'enseignement de la première alphabétisation. Les Phonic et une approche complète du mot sont des options aussi appréciées l'une que l'autre dans l'enseignement de la deuxième alphabétisation.
  • Les lectures fondamentales sont les ressources les plus importantes/préférées dans l'enseignement de la première alphabétisation; les lectures fondamentales, les histoires et les activités communicatives sont les ressources préférées pour la deuxième alphabétisation.
  • On trouve des similarités & des différences dans l'enseignement de l'alphabétisation au niveau des aspects sociaux, psychologiques, pragmatiques, communicatifs, cognitifs et pédagogiques.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?
En lisant la publication du CELV «Aspects de l’alphabétisation multilingue».

Coordinatrice: Valerie Sollars (Malte)

Equipe de projet:
Monica Axelsson (Suède) Frank Bulthuis (Pays-Bas) Martina Krizaj Ortar (Slovénie) Christl Meixner (Autriche) Janez Skela (Slovénie) Ulla-Kaisa Ylinen (Finlande)

Télécharger le document

cacher

Apprentissage et enseignement des langues dans le contexte des villes jumelées
Le mouvement des jumelages de villes et de communes représente le plus grand laboratoire de rencontre et de connaissance mutuelle que les temps modernesaient inventé. Cette fusion concitoyenne des hommes et des femmes d’Europe peut-elle pourtant se réaliser sans que la question des langues, de leur apprentissage et de leur diversité soit traitée avec détermination et persévérance?

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?
Nous voulions savoir:

  • si la communication entre partenaires trouvait une réponse satisfaisante lors des échanges et en quelles langues;
  • quelle proportion de villes jumelées préparait les visites aux partenaires par des cours de langues et pour quelles langues;
  • si les jumelages scolaires étaient fréquents et s’ils coïncidaient avec les jumelages de villes;
  • si les jumelages scolaires étaient correctement exploités du point de vue linguistique et culturel;
  • si le potentiel des villes jumelées était vraiment perçu et exploité pour la promotion des langues en Europe;
  • à quel point la connaissance des langues était perçue comme un facteur essentiel pour une citoyenneté européenne respectueuse de la diversité.

Comment avons-nous travaillé?
Nous avons testé un premier questionnaire d’enquête auprès d’un petit nombre de villes pour aboutir à un questionnaire d’enquête en trois langues: français, anglais, allemand. Nous avons reçu les réponses de 81 villes de 16 pays couvrant 328 jumelages, puis nous les avons analysées tant d’un point de vue statistique que qualitatif, lorsqu’il y avait des réponses rédigées.

Quels sont les principaux résultats de l’enquête?

  • Le recours à l’anglais est largement répandu, mais inégal.
  • Le souci de la diversité linguistique est partout présent, quoique à des degrés divers.
  • Le recours à une langue tierce autre que l’anglais n’est pas rare.
  • L’évaluation des échanges est presque toujours mesurée en termes de qualité de communication entre participants.
  • L’intérêt pour l’organisation de cours de langues aux adultes est général.
  • L’obstacle le plus mentionné est le financement de ces cours de langues.
  • On constate un double hiatus: d’une part, entre le désir de communiquer et les motivations politiques affirmées et, d’autre part, le nombre restreint de cours de langues.
  • Les bénéfices des échanges scolaires sont loués de façon unanime et se prolongent souvent par des relations personnelles.
  • Pourtant, beaucoup d’échanges scolaires se font également hors du cadre des villes jumelées.
  • Les visites de classes aux partenaires sont régulières, mais assez rarement assorties d’une vraie pédagogie de l’échange.
  • La connaissance des langues se confirme comme facteur essentiel d’un rapprochement culturel et d’un état d’esprit européen.
  • Les échanges entre villes jumelées s’avèrent un puissant facteur d’éradication des clichés, des stéréotypes et des images phobiques les plus répandus.
  • Le potentiel des jumelages reste sous-utilisé: un effort de promotion systématique s’impose.

Coordinateur: Gilbert Dalgalian (France)

Equipe de projet: Séverine Boulery (France) Jaqueline Feuillet-Thieberger (France) Helena Kalve (Lettonie) Aspasia Nanaki (Grèce) Anita Vaivade (Lettonie)

Télécharger le document

cacher

1.2 Eveil aux langues, compétence interculturelle, aspects multilingues

Janua Linguarum –la porte des langues –l’introduction de l'éveil auxlangues dans le curriculum
Découvrir à l’école la diversité des langues et des cultures, écouter plusieurs dizaines de langues, s’intéresser à leur écriture, les comparer, comprendre comment elles fonctionnent, s’intéresser à ceux qui les parlent, … cela passionne les élèves! Cela les forme aussi, les ouvre à ce qui est différent d’eux-mêmes, développe leurs capacités d’observation et d’apprentissage des langues.

plus d'info

What is awakening to languages?

It is comparative classroom work, looking at a number of languages of different status, including the various languages spoken by children in the class. It can be started from nursery school and can be continued throughout schooling. It is often dealt with by generalist teachers who are not language specialists and who, though not speaking all these languages, are provided with specific teaching materials. In secondary education, it represents
an excellent opportunity for language specialists to do interdisciplinary teaching. At all levels, language awareness is a cross-curricular discipline which contributes to the objectives of the other school subjects.

L’éveil aux langues, c’est quoi?

C’est un travail comparatif en classe, sur de nombreuses langues, de tout statut – y compris les langues diverses des élèves de la classe. Il commence dès l’école maternelle et peut s’étendre sur l’ensemble de la scolarité. Il est le plus souvent mené par des enseignants polyvalents, non spécialistes de langues, qui bien sûr ne maîtrisent pas toutes ces langues, mais disposent de supports d’enseignement adaptés. Dans l’enseignement secondaire, c’est pour les enseignants en langues une excellente occasion de pratiquer l’interdisciplinarité. Car, à tous les niveaux, l’éveil aux langues, matière transversale, contribue aux objectifs poursuivis dans les autres matières scolaires. Nous voulions également donner aux participants des ateliers l'occasion de développer les éléments organisationnels de leurs propres innovations.

L’éveil aux langues, ça sert à quoi?

C’est une approche qui s’inscrit de plein pied dans les efforts actuels du Conseil de l’Europe en vue de la promotion de la diversité des langues dans les systèmes éducatifs et de la citoyenneté démocratique. C’est un accueil des élèves dans la diversité des langues et dans la diversité de leurs langues. C’est aussi un accompagnement des élèves dans le monde de l’apprentissage des langues.
L’éveil aux langues cherche à développer:

  • des attitudes positives vis-à-vis de la diversité des langues et des cultures, à valoriser les langues et cultures minoritaires aux yeux de tous (y compris de ceux qui les parlent);
  • des aptitudes à écouter les langues, à les analyser, qui favorisent leur apprentissage et leur maîtrise (y compris celle de la langue utilisée pour l’enseignement à l’école);
  • des connaissances – de tous ordres – à propos des langues (développement d’une culture langagière).

Ja-Ling - La Porte des Langues, ça a servi à quoi?

L’éveil aux langues a maintenant une longue histoire! Ja-Ling a tiré profit de programmes précédents. C’est un programme de diffusion de cette approche et d’étude des conditions de son introduction dans les curricula. Ja-Ling a permis la mise en place d’activités dans 16 pays d’Europe. Il a permis de mieux comprendre la diversité des façons dont cette mise en place peut être conduite, en fonction des contextes (liens avec les programmes, modalités d’insertion dans le temps scolaire, liens avec les autres disciplines, prise en charge par les maîtres...). Ja-Ling a permis aussi d’en savoir plus sur la diversité des obstacles à surmonter, et sur celle des succès que l’on peut remporter !

Coordinateur: Michel Candelier (France)

Equipe de projet: Mercedes Bernaus (Espagne) Ingelore Oomen-Welke (Allemagne) Christiane Perregaux (Suisse) Janina Zielinska (Pologne)

Télécharger le document

cacher

Médiation culturelle et didactique des langues
Ce projet de formation à la recherche parla recherche a réuni des représentants deplus de 25 pays membres du CELV. Ses résultats font l’objet d’un ouvrage et derecommandations à l’usage des décideurs.L’ensemble vise à introduire la médiation culturelle dans le débat en didactique des langues.

plus d'info

Les objectifs du projet

Alors que la majorité des innovations en didactique des langues se manifeste dans la création de nouveaux outils pour l’enseignement, le projet «Médiation culturelle et didactique des langues» a choisi une autre voie, en adoptant une démarche de formation à la recherche par la recherche.
C’est dire qu’il a tenté de résoudre plusieurs défis:

  • vivre la pluralité des cultures de formation des enseignants comme une source d’innovation, plutôt que comme un obstacle;
  • adopter un cadre pluridisciplinaire, introduisant des références en usage dans les sciences sociales pour développer une réflexion sur le rôle des langues dans la cohésion sociale;
  • apporter un faisceau de réponses à une question jusqu’à maintenant peu présente dans le champ de la didactique des langues et des cultures: «Quelle y est la place de la médiation culturelle?».

Un ouvrage et des recommandations pour les décideurs

Le lecteur mesurera le degré de réussite de ce projet en lisant l’ouvrage et les recommandations issues de ce projet, plus particulièrement

  • les chapitres 1 et 2 à valeur introductive et générale;
  • les chapitres 3 à 7 qui présentent les démarches et les résultats des cinq sous-projets qui ont été menés de part en part par les participants;
  • et les chapitres 8 et 9 qui établissent le bilan de ce projet et tracent les lignes d’action à venir. Un réseau de chercheurs centré sur la médiation culturelle, regroupant différentes institutions à caractère européen, doit concrétiser les prolongements de ce projet.

Coordinatrice: Geneviève Zarate, (France)

Equipe de projet: Aline Gohard-Radenkovic, (Suisse) Denise Lussier, (Canada) Hermine Penz, (Autriche)

Télécharger le document

cacher

Compétence en communication interculturelle dans la formation d'enseignants
Il est très important d'accroître la compréhension interculturelle en Europe aujourd'hui. C'est pourquoi les enseignants en langues devraient être encouragés à mettre l'accent non plus sur l'enseignement uniquement des compétences lexicale et grammaticale, mais sur la mise en valeur, l'enseignement et la pratique de stratégies de communication interculturelle dans leurs classes. Intégrer une formation en communication interculturelle dans la formation des enseignants en langues aurait un effet multiplicateur bénéfique.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

  • effectuer une recherche sur l'état actuel de l'enseignement de la langue et de la culture
  • présenter les résultats de la recherche sur l'enseignement de la langue et de la culture aux participants des deux ateliers organisés par le CELV
  • sensibiliser les formateurs participant à l'importance de la formation en communication interculturelle dans la formation des enseignants en langues
  • suggérer des lignes directrices afin d'évaluer et d'adapter les supports didactiques et de développer des cours en communication interculturelle pour la formation des enseignants.

Comment avons-nous examiné ces questions et tiré des conclusions

Nous avons effectué une étude sous forme de questionnaire afin de savoir comment la culture est enseignée dans la classe de langue anglaise. Suite à cela, nous avons interviewé des enseignants en langues afin de savoir pourquoi la culture semble négligée. Nous avons présenté les résultats de ces deux études à des formateurs d'enseignants en langues lors d'un atelier central et les avons invités à former cinq réseaux afin de poursuivre la recherche et développement dans cinq domaines différents, mais reliés entre eux de la formation en communication interculturelle.

Quels ont été les principaux résultats du projet?

La formation en communication interculturelle semble négligée. Ne faisant pas partie intégrante du curriculum, elle est souvent absente des supports d'enseignement et elle est rarement testée lors des examens. De plus, les enseignants ne se sentent souvent pas compétents pour traiter des questions culturelles, car ils sont rarement formés à le faire.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

  • Dans un manuel de communication interculturelle pratique intitulé ´Mirrors and Windows´, qui peut être utilisé dans des classes de langues de niveau intermédiaire-avancé, ainsi que dans des cours de méthodologie et de communication interculturelle dans les programmes de formation des enseignants.
  • Dans une collection d'articles intitulée «Intégrer la compétence communicative interculturelle dans la formation des enseignants de langues», qui décrit les conclusions les plus importantes de notre recherche concernant la perception par les enseignants de la culture d'enseignement, l'évaluation des supports et l'examen de la compétence en communication interculturelle. Ceux-ci sont disponibles sur CD-Rom.

Coordinatrice: Ildikó Lázár (Hongrie)

Equipe de projet: Lucyna Aleksandrowicz-Pedich (Pologne) Rafn Kjartansson (Islande) Liljana Skopinskaja (Estonie)

Télécharger le document

cacher

Médiation entre théorie et pratique dans le contexte de différentes cultures et langues d'apprentissage
Les enseignants sont constamment inondés de théories concernant l'apprentissage et l'enseignement, qu'elles soient nouvelles ou anciennes. Ces théories correspondent-elles néanmoins aux besoins des enseignants et des apprenants? Influencent-elles vraiment l'enseignement et sont-elles bénéfiques en classe ou sont-elles simplement ignorées?

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

Nous voulions savoir:

  • ce qui se passe vraiment en classe
  • quelles sortes de théories concernant l'apprentissage et l'enseignement ont le plus d'influence au début du nouveau millénaire
  • à quel point ces théories influencent la manière actuelle d'enseigner les langues dans les classes en Europe ("l'interface" théorie-pratique)
  • si les langues étrangères sont enseignées de différentes façons dans différents pays (= «cultures d'apprentissage»)
  • si différentes langues sont enseignées de différentes façons et si oui, pourquoi.

Comment avons-nous examiné ces questions et tiré des conclusions?

Avant l'atelier, nous avons conçu deux questionnaires, un pour les enseignants et un pour les étudiants, leur demandant comment les langues sont enseignées et apprises dans leur école. Des participants de 13 pays ont rempli le questionnaire et apporté les résultats à l'atelier. Pendant l'atelier, nous avons discuté des théories, de la pratique en classe et des résultats des questionnaires. Après l'atelier, les participants ont participé à une publication exhaustive sur différents aspects de la relation entre enseignement et apprentissage.

Quels ont été les principaux résultats du projet?

Des tendances communes peuvent être trouvées dans la plupart des pays européens: «l'approche communicative» de l'enseignement des langues est bien établie, mais «l'enseignement traditionnel» a encore de l'influence. Les technologies modernes (ordinateurs, Internet) ont étonnamment peu d'influence dans de nombreux pays. Les organes officiels et les instituts de formation des enseignants doivent faire plus afin de soutenir de nouvelles formes d'apprentissage (autonomie de l'apprenant, apprentissage par Internet, etc.). Il y a parfois un fossé entre les théories populaires auprès des linguistes et des méthodologistes et la pratique en classe. Des mesures permettant d'améliorer la "médiation" entre théorie et pratique doivent être prises. Les participants ont émis des recommandations afin d'améliorer ce domaine.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

  • En lisant la publication du CELV «Médiation entre théorie et pratique dans le contexte de différentes cultures d'apprentissage et des langues».

Coordinateur: David Newby (Autriche)

Equipe de projet: Mária Kostelníková (Slovaquie) Isabel Landsiedler (Autriche) Indra Odina (Lettonie) Christien van Gool (Pays-Bas)

Télécharger le document

cacher

Odysseus – la deuxième langue sur lieu de travail
Des millions d'immigrants et de membres de minorités ethniques dont la première langue n'est pas la langue parlée par la majorité de la population de leur pays de résidence vivent et travaillent en Europe. Leur intégration et leur participation sociale et économique sont impératives pour une Europe démocratique. Les dispositions en termes de deuxième langue liées au contexte professionnel et au lieu de travail jouent un rôle clé dans l'intégration et la participation.

plus d'info

Pourquoi une deuxième langue sur le lieu de travail?

Les compétences communicatives sont des éléments cruciaux de la performance professionnelle à tous les niveaux hiérarchiques pour tous les employés. Les travailleurs migrants et ethniques sont particulièrement en danger d'être exclus socialement et économiquement s'ils ne sont pas capables de participer activement à la communication sur le lieu de travail, particulièrement en cette période de mobilité croissante dans le travail et dans la société.

Qu'est-ce que la deuxième langue sur le lieu de travail?

Les langues ne sont pas seulement un système structurel, mais aussi une pratique sociale. Leur utilisation dépend du contexte et de la communauté dans lesquels elles sont utilisées. Les dispositions linguistiques devraient donc comprendre que les langues ont une signification locale et devraient explorer leur utilisation et leur lien avec d'autres pratiques sociales dans des contextes particuliers. Le contenu et l'orientation des dispositions linguistiques sur le lieu de travail sont donc sélectionnés en fonction des pratiques sociales sur un lieu de travail spécifique. Les apprenants et leur employeur tirent profit de ce type de dispositions. Le premier groupe apprend ce dont il a besoin sur le lieu de travail, puisque leur apprentissage est renforcé par l'exposition à la langue et la nécessité de l'utiliser. Les employeurs en tirent également profit, puisqu'une communication améliorée sur le lieu de travail a un impact positif sur les performances de l'entreprise.

Qui doit être impliqué?

Le réseau Odysseus prône une approche organisationnelle complète impliquant tous les acteurs de la communication. Il rejète une approche axée sur le déficit et assimilative concentrée sur le manque de compétences et les besoins des individus, car celle-ci ne prend pas en compte les atouts individuels et les facteurs sociaux sur les lieux de travail, lesquels ont un impact sur les performances. De plus, elle ne réussit pas à influencer les communications de la façon souhaitée à la fois par les employeurs et les employés.

Comme prendre des dispositions?

«ODYSSEUS - la deuxième langue sur lieu de travail: Les besoins linguistiques pour les travailleurs migrants» Ce projet a bénéficié du soutien de la Commission européenne.

Coordinatrice: Matilde Grünhage-Monetti (Allemagne)

Equipe de projet: Annet Berntsen (Pays-Bas) Elwine Halewijn (Pays-Bas) Chris Holland (Nouvelle Zélande) Andreas Klepp (Allemagne)

Télécharger le document

cacher

Sensibilisation aux cultures et aux langues dans l'apprentissage de langues vivantes sur la base de l'interaction dialogique avec des textes
Le dialogue et l'interaction sont devenus des mots clés en relation avec l'enseignement et l'apprentissage. Quelles sont les implications théoriques et pratiques de ces concepts pour le développement de la conscience interculturelle et linguistique?

plus d'info

Quels étaient les objectifs du projet?

Ce projet a été initié lors d'un atelier précédent du CELV et se basait sur le souhait des membres de l'équipe de projet d'examiner plus avant certains aspects de la conscience interculturelle et linguistique.
Nous souhaitions:

  • définir et discuter certains concepts théoriques liés à l'enseignement et l'apprentissage des langues vivantes, tels que le dialogue, la communication, la conscience interculturelle et linguistique
  • ajouter des théories linguistiques, philosophiques et d'autres théories pertinentes issues de nos cultures d'enseignement aux théories anglo-américaines généralement acceptées concernant l'apprentissage des langues vivantes
  • examiner le rôle joué par différents types de textes utilisés en classe de langues vivantes au niveau à la fois scolaire et universitaire
  • définir et examiner les approches dialogiques concernant le travail avec des textes
  • développer la conscience interculturelle et linguistique en travaillant avec différents types de textes littéraires en classe
  • développer la conscience interculturelle et linguistique en travaillant avec des échanges de textes numériques entre étudiants issus de contextes culturels différents
  • examiner les rôles de l'enseignant et de l'apprenant et l'interaction entre eux 

Quels étaient les principaux centres d'intérêt du projet?

Dans ce projet, nous voulions examiner le potentiel d'apprentissage des différents types de rencontres textuelles avec la culture étrangère: rencontres avec des textes littéraires, comprenant des textes dramatiques, des textes produits par l'apprenant et des textes numériques. En organisant un certain nombre de situations d'apprentissage, différents aspects de l'interaction entre apprenant et texte ont été explorés. La discussion des approches aux textes littéraires et autres textes authentiques s'est basée sur des explorations théoriques de la relation entre lecteur et texte dans lesquelles les processus de lecture et d'écriture sont considérés comme des dialogues dynamiques avec la culture étrangère. L'interaction a été un concept clé et a impliqué l'interaction non seulement entre le lecteur et le texte, mais aussi entre les cultures, entre les apprenants et entre l'enseignant et les apprenants.

Quel a été le résultat du projet?

La publication en résultant est constituée de quatre articles où la théorie pertinente est discutée et des exemples pratiques en classe présentés. Le groupe d'âge des apprenants va du collège à l'université. L'interaction dialogique avec des textes est le dénominateur commun des quatre articles. Dans chacun d'eux, l'étudiant joue le rôle central dans les processus d'apprentissage et le rôle de l'enseignant est celui de médiateur dans le processus d'apprentissage de l'individu. Les articles ne sont en aucune façon destinés à être des recettes concernant l'enseignement des langues vivantes, mais des explorations théoriques et pratiques de concepts comme le dialogue, la communication, la conscience interculturelle et linguistique.

Coordinatrice: Anne-Brit Fenner (Norvège)

Equipe de projet: Marina Katnic´-Bakarsˇic´ (Bosnie-Herzégovine) Mária Kostelníková (Slovaquie) Hermine Penz (Autriche)

Télécharger le document

cacher

Comme c'est bizarre! L'utilisation d'anecdotes dans le développement de la compétence interculturelle
Presque tout le monde peut raconter une anecdote sur d'étranges expériences interculturelles vécues en visitant un pays étranger. Notre idée était de collecter de telles anecdotes sur le site web du CELV et de les utiliser comme moyen d'analyser et d'enseigner la compétence interculturelle en classe.

plus d'info

Les buts du projet:

  • Créer une banque de données d'anecdotes interculturelles Celle-ci consiste en des exemples réels d'échecs de communication dus à des différences culturelles. Plutôt que de créer simplement une théorie sur les différences culturelles, nous voulions avoir des exemples qui illustrent certains détails culturels qui sautent aux yeux d'une personne qui découvre une nouvelle culture. Les personnes ayant contribué ont également expliqué pourquoi ils trouvent certains événements ou comportements étranges et comment ils ont réussi à comprendre et à gérer les différences. Certaines réactions intéressantes vis-à-vis de la différence sont soulignées.
  • Proposer des façons d'utiliser des anecdotes pour enseigner la compétence interculturelle Les anecdotes offrent des exemples authentiques de comportements, d'attitudes, de convictions et d'attentes qui peuvent former la base d'une variété de travaux en classe. Les anecdotes pourraient être utilisées telles qu'elles sont présentées par les personnes les ayant soumises ou examinées attentivement par les enseignants et les apprenants concernant les questions interculturelles sous-jacentes.

Les résultats du projet:

  • Une petite banque de données d'anecdotes interculturelles issues de différents locuteurs L1 visitant différents pays et rencontrant des variétés culturelles dans le monde entier.
  • Une publication qui propose une base théorique à la question de la compétence interculturelle. L'ouvrage comprend également de nombreuses idées d'utilisation en salle de classe. Celles-ci pourraient servir à développer la compétence interculturelle en plus des quatre compétences linguistiques traditionnelles, la compréhension orale, l'expression orale, la compréhension écrite et l'expression écrite.

La publication:

Le but ultime de la publication est de permettre aux enseignants et aux apprenants d'arriver à une imagination critique des questions et des événements interculturels en utilisant une gamme variée d'expériences sous la forme d'une banque de données internationale d'anecdotes. Grâce aux méthodes d'enseignement et d'apprentissage proposées, ils devraient être mieux équipés pour gérer la différence dans une société multilingue et multiculturelle.

Pour plus d'informations sur le projet:

La publication du CELV «Comme c'est bizarre! L'utilisation d'anecdotes dans le développement de la compétence interculturelle».

Coordinatrice: Antoinette Camilleri Grima (Malte)

Télécharger le document

cacher

1.3 Technologies de l'information et de la communication

Les technologies de l'information et de la communication dans le cadre de l'apprentissage des langues à orientation professionnelle
Comment les enseignants peuvent-ils satisfaire les exigences de la «société de l''information», le déluge d'informations issues d'Internet et profiter des ressources offertes par les TIC pour améliorer l'enseignement et l'apprentissage des langues dans les contextes professionnels?

plus d'info

Quels étaient les principaux objectifs de notre projet?

Au cours de notre projet, nous souhaitions:

  • familiariser les enseignants et les formateurs d'enseignants avec l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC)
  • leur montrer comment utiliser les nouveaux médias maintenant disponibles
  • montrer l'utilité des TIC pour l'apprentissage des langues à orientation professionnelle (ALOP)
  • produire un site web afin de publier les résultats de nos ateliers et illustrer les nombreux aspects positifs des TIC dans l'ALOP
  • donner des exemples de bonnes pratiques issus de différents secteurs professionnel.

Comment avons-nous mis en oeuvre nos idées?

Nous avons organisé six ateliers: le premier au CELV a mis en place les structures et les paramètres pour les ateliers de formation avec des exemples de supports. Des ateliers «régionaux» (apprendre en faisant et en réfléchissant) en Autriche, Allemagne, Finlande et Russie se sont ensuite basés sur et ont développé les concepts, en créant et publiant des exemples de supports issus des environnements d'enseignement des participants. L'atelier final a réuni tous les éléments afin que les résultats puissent être publiés sur le site web «GRAZVOLL».

Quels ont été les principaux résultats du projet?

Le principal résultat de la série d'atelier est la production du site web GRAZVOLL. Il offre une introduction à l'utilisation des TIC dans l'ALOP: fondement théorique, suggestions pour la formation des enseignants, sections sur l'apprentissage axé sur les données, alphabétisation à Internet, utilisation de plate-formes, etc., ainsi que des études de cas illustrant des applications des programmes décrits. En addition, une équipe internationale de démultiplicateurs issus de plus de 30 pays formés aux TIC dans l'ALOP est maintenant disponible pour consultation ou pour des activités de formation basées sur les résultats de projet.

Où trouver les résultats de notre projet?

  • Dans la publication du CELV «Les technologies de l'information et de la communication dans le cadre de l'apprentissage des langues à orientation professionnelle » (brochure et CD-Rom) et sur le site web GRAZVOLL (voir ci-dessous).

Coordinateur: Anthony Fitzpatrick (Allemagne)

Equipe:
Andreas Lund (Norvège) Bernard Moro (France) Bernd Rüschoff (Allemagne)Debra Dianne Ali-Lawson (Suisse) Enrica Flamini (Italie) Franz Mittendorfer (Autriche) Irina Smoliannikova (Russie) Olav Talberg (Norvège)

Télécharger le document

cacher

L'utilisation pédagogique des TIC dans la formation des enseignants et l'apprentissage des langues à distance – Ouvertures, défis et perspectives
Qui n'a jamais rêvé de pouvoir maîtriser le pouvoir des technologies de l'information pour améliorer l'apprentissage des langues? Qui ne regrette pas de ne pas pouvoir utiliser au mieux les instruments existants, voire rester informé des derniers développements? Existe-t-il une meilleure opportunité pour traiter de ces questions qu'un projet du CELV?

plus d'info

Quelles étaient nos attentes en termes de résultats du projet?

  • Encourager les personnes ayant déjà essayé d'intégrer les TIC dans l'enseignement/l'apprentissage des langues en général et dans l'apprentissage des langues à distance, en particulier à coucher sur papier leur expérience sous la forme d'une brève étude de cas.
  • Développer des instruments afin de permettre auxbenseignants et aux apprenants d'évaluer l'adéquation et l'efficacité d'outils spécifiques pour l'apprentissage des langues (à distance) et la formation des enseignants.
  • Organiser de (modestes) projets dans le cadre desquels les enseignants en langues et les formateurs d'enseignants pourraient tester les TIC dans le but de concevoir un module de cours de formation des enseignants.
  • Nous souhaitions tous bénéficier de l'expérience de notre collègue finlandais concernant l'utilisation d'une plate-forme interactive, le BSCW (Basic Support for Collaborative Work – Soutien de base pour le travail collaboratif)

Comment avons-nous commencé?

Nous avons organisé un groupe de réflexion préliminaire sur 3 jours afin de discuter de nos différentes expériences professionnelles et de nos attentes concernant les TIC. Le résultat a été la constitution d'une équipe de projet ayant une gamme considérable d'expériences différentes et un désir mutuel de progresser. Nous avons travaillé dur afin de trouver le profil «idéal» des participants: des personnes prêtes à partager leurs compétences, mais n'ayant pas de réticences à travailler avec de nouveaux instruments.

Comment l'atelier s'est-il déroulé?

Nous sommes heureux de constater que notre profil a vraiment fonctionné. Les 30 participants des 27 pays étaient tous prêts non seulement à faire bénéficier les autres de leur expérience des technologies de l'information, mais aussi à tester les instruments fournis par le CELV. L'aspect peut-être le plus innovateur était le fait que les participants étaient seulement «autorisés» à communiquer avec les autres membres du groupe par le biais de la plateforme interactive BSCW. Les instruments favoris lors des traditionnels ateliers interactifs (commentaires affichés aux murs, posters, etc.), ont été remplacés par différentes pages web créées par les participants pour faire un rapport sur le travail en groupe et initier des forums de discussion.

Que s'est-il passé depuis?

Nous avons tous appris beaucoup de choses, y compris le fait qu'il est plus facile de motiver des personnes que vous avez en face de vous que celles avec lesquelles vous pouvez seulement communiquer par voie électronique. A moins que les TIC ne soient une activité centrale, il est difficile d'encourager les équipes (d'étudiants ou de formateurs) à les utiliser régulièrement.

Quels sont les résultats?

Le résultat concret est un CD-Rom qui décrit nos expériences et dresse des listes de ressources. Il contient également un certain nombre d'études de cas donnant un exemple de certaines des activités dans ce domaine. Un résultat «virtuel» est le fait que le BSCW a été largement utilisé par les participants à l'atelier pour atteindre leurs fins dans le cadre et au-delà du projet du CELV. Ceci est exactement ce que nous voulions – que les enseignants apprennent à se familiariser avec un outil de communication sophistiqué, dans le cas présent une plate-forme interactive.

Coordinatrice: Daphne Goodfellow (France)

Equipe de projet:
Anne-Brit Fenner (Norvège) Cecilia Garrido (Royaume-Uni) Seppo Tella (Finlande)

Télécharger le document

cacher

TIC et jeunes apprenants en langues (le projet Etoiles)
En donnant accès à une large gamme de supports linguistiques authentiques, Internet est une excellente ressource pour les enseignants et les apprenants de langues vivantes. Il existe cependant un rôle potentiellement plus productif et engageant pour Internet dans l'apprentissage des langues vivantes – celui d'un moyen de publication.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?
Nous souhaitions:

  • examiner comment les technologies de l'information et de la communication peuvent promouvoir une approche axée sur l'apprenant, communicative, thématique dans l'enseignement des langues vivantes
  • examiner l'utilisation d'Internet en tant que moyen de publication pour les enfants apprenant une langue étrangère;
  • apprendre à mieux soutenir une communauté d'apprenants différente culturellement et linguistiquement;
  • examiner des pédagogies linguistiques riches en technologies;
  • apprendre à concevoir des interfaces et des plateformes de programmes faciles d'utilisation pour les enfants.

Comment avons-nous examiné ces questions et tiré des conclusions?

Nous avons créé un outil Internet que les enfants peuvent utiliser seuls pour publier leurs histoires sur Internet. Nous avons alors créé un scénario dans
lequel quatre mignons personnages voyagent à travers l'Europe entre les différentes écoles participantes. En utilisant l'outil Internet, les enfants ont écrit et publié des histoires en langue étrangère sur les aventures de ces personnages lors de leurs voyages d'une école à l'autre. Les enseignants ont utilisé le scénario comme thème continu autour duquel ils ont développé leur curriculum de langues étrangères.

Quels ont été les principaux résultats du projet?
Nous avons conclu que:

  • la plupart des enfants étaient enthousiastes à propos de l'utilisation de l'outil Internet pour écrire et publier leurs histoires – ils se sont rapidement habitués à ce système et ont eu peu de réticences à s'exprimer en langue étrangère;
  • les enfants trouvent généralement difficile de travailler au sein d'une communauté virtuelle par le biais d'Internet – ils n'ont eu aucun problème à utiliser l'outil Internet pour publier leurs histoires, mais ont rarement communiqué directement (par e-mail) avec d'autres apprenants;
  • les pays européens diffèrent grandement concernant l'importance qu'ils accordent à la question de la correction de la langue dans les productions publiées par les apprenants.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

Dans la publication du CELV «Les technologies de l’information et de la communication et les jeunes apprenants de langues», qui comprend un CD avec les productions des enfants.

Coordinators:
Coordinateurs: Mario Camilleri (Malte) Valerie Sollars (Malte)

Equipe de projet:
Helena Leja (Pologne) Teresa Martines del Piñal (Espagne) Zoltán Poór (Hongrie)

Télécharger le document

cacher

 

1.4 Assurance de qualité dans le cadre de la coopération internationale dans le domaine de l'enseignement/l'apprentissage des langues

Guide de gestion de projets
Il n'est pas facile d'organiser des projets réussis. Le Guide de gestion de projets offre des conseils concernant la planification, le déroulement, le budget et l'évaluation de projets.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?
Nous voulions proposer un guide afin d'aider les personnes organisant des projets dans et hors du cadre du CELV concernant:

  • la nature des projets et leur planification
  • les éléments pratiques de la gestion de projet – fixer une date limite, dresser des budgets, les mettre en oeuvre dans la pratique quotidienne
  • une exploration des méthodes de travail des équipes – impliquer, motiver et optimiser le travail des personnes impliquées
  • l'évaluation des résultats du projet et la communication efficace des résultats.

Comment le guide a-t-il été développé?

Le guide était un produit dérivé d'un autre projet du CELV sur les approches innovantes dans l'organisation et le format de l'enseignement des langues (projet 1.1.1). L'équipe a réalisé que la gestion de projet constituait une partie importante de la mise en oeuvre de projets réussis et que de nombreux enseignants n'avaient pas l'expérience pour ce faire. Il a été décidé que des lignes directrices pratiques pourraient être utiles aux personnes organisant de petits projets dans le cadre des travaux du CELV et que cela pourrait également être utile dans d'autres contextes.

Quels ont été les principaux résultats de notre projet?

Le «Guide de gestion de projets» consiste en un court ouvrage, illustré de dessins et accompagné d'un CD-Rom de ressources pour la gestion de projets. Celles-ci comprennent des exemples de budgets de projets, un programme de planification temporelle, ainsi que des questionnaires aux fins d'auto-évaluation pour les gestionnaires de projets. Une section spéciale est consacrée aux questions liées à la participation à des projets internationaux.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

Dans la publication du CELV «Guide de gestion de projets».

Coordinateur: Frank Heyworth (Suisse)

Equipe de projet: Denise Lussier (Canada) Eva Marquardt (Allemagne) Peter Medgyes (Hongrie)

Télécharger le document

cacher

2.1 Développements dans la formation des enseignants

Le statut des enseignants en langues
Les enseignants en langues ressentent un indéniable manque de reconnaissance de leur statut social et éducationnel. Pour commencer à résoudre ce problème, nous voulions faire entendre notre voix, montrer notre visage, faire reconnaître nos convictions, idéaux et buts professionnels. Certains ont réussi, d'autre pas. Ce n'est pas grave, nous réessaierons!

plus d'info

Quels étaient nos objectifs?

  • Nous avons essayé d'augmenter la visibilité des praticiens de notre profession.
  • Nous avons identifié les constituants clés du statut des enseignants en langues et avons demandé aux enseignants comment ils pensent qu'ils influencent leur statut professionnel.
  • Nous avons encouragé la formulation d'une autodéfinition informelle de la profession par ses représentants.
  • Nous avons doté les professionnels enseignants de compétences qu'ils peuvent utiliser dans leur quête d'un statut professionnel et social plus élevé.

Quels instruments clés avions-nous pour atteindre ces objectifs?

Nous avons mis en place une galerie de portraits interactive, l'Enseignant de la semaine, sur le site web du CELV, tandis qu'un forum en ligne a mesuré les réactions concernant les constituants clés du statut. Lors de deux ateliers, les participants d'environ 30 pays ont créé une auto-définition métaphorique des enseignants en langues appelée le pays des merveilles des enseignants en langues. Ce document décrit un groupe de conditions dans le cadre desquelles les enseignants en langues souhaitent opérer et se développer en tant que professionnels.

Quels ont été les résultats du projet?

Bien que nous n'ayons pas mené de recherche systématique sur le statut des enseignants en langues, les données collectées sur le statut perçu ont confirmé les convictions générales malgré les différents contextes professionnels des participants. Cependant, les besoins concrets exprimés, les solutions recommandées, les moyens envisagés afin d'aider les enseignants en langues à améliorer leur profil montrent une diversité similaire. Un souhait professionnel partagé s'est cependant révélé: les enseignants en langues opèrent dans un cadre professionnel dans lequel les personnes concernées ne peuvent atteindre leurs objectifs à moins qu'elles ne coopèrent continuellement et délibérément avec de nombreux autres enseignants pour le bienfait mutuel de la profession. Ceci est exactement ce que des douzaines de nos collègues ont initié et/ou mènent dans leur contexte. Ils sont convaincus qu'à l'aide du réseau qu'ils ont mis en place pendant et après l'atelier, ils seront capables de contribuer à améliorer le profil de tous les enseignants.

Coordinateur: Péter Rádai (Hongrie)

Equipe de projet: Mercedes Bernaus (Espagne) Gabriela Matei (Roumanie) Derk Sassen (Pays-Bas)

Télécharger le document

cacher

Face à l'avenir – Les enseignants en langues à travers l'Europe
Quel sera le rôle des enseignants en langues à l'avenir? Le paradigme existant est-il encore valable? Proposer une éducation aux langues pour une Europe multilingue et multiculturelle offre de nouveaux défis et de nouvelles opportunités.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?
Nous voulions explorer:

  • Les rôles et les tâches des enseignants en langues aujourd'hui; la perspective des enseignants concernant leur profession
  • Comment l'éducation aux langues pourra changer dans les cinq à dix prochaines années afin de répondre aux besoins d'une société en mutation
  • Les rôles éducatifs et sociaux des enseignants en langues
  • Les conséquences de ces changements pour l'éducation aux langues

Comment avons-nous développé ces idées?

Le projet s'est fondé sur un “Groupe de réflexion” sur la formation des enseignants qui a identifié le besoin de définition du rôle des enseignants comme préalable à la définition de leurs besoins en formation. Lors de deux ateliers et au cours d'une bourse de recherche pendant lesquels les perspectives des enseignants concernant leur profession ont été collectées par voie de questionnaire, nous avons pu donner aux enseignants l'occasion de réfléchir à leur profession. Les membres de l'équipe ont exploré les éventuels changements nécessaires afin de répondre aux exigences d'une société en changement; ceux-ci forment la base de la publication de projet.

Quels ont été les principaux résultats de notre projet?

Le système actuel d'éducation aux langues n'est peut-être pas le plus apte à répondre aux besoins de l'Europe d'aujourd'hui et de demain. Il sera essentiel de donner une voix à l'héritage linguistique des migrants et de refléter la diversité des langues et des cultures. Le rôle éducatif des enseignants en langues est important – afin d'aider les apprenants à devenir autonomes et indépendants, de développer la conscience de la diversité et la tolérance et le respect des autres. Le développement professionnel des enseignants devra refléter ces tâches supplémentaires.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

Dans la publication du CELV «Face à l'avenir - Lesenseignants en langues à travers l'Europe».

Coordinateur: Frank Heyworth (Suisse)

Equipe de projet: Véronique Dupuis (France) Ksenija Leban (Slovénie) Margit Szesztay (Hongrie) Teresa Tinsley (Royaume-Uni)

Télécharger le document

cacher

Reflective Teacher Education-Case Studies
The studies in this collection give interesting perspectives on such important themes as lifelong learning, learner autonomy, partnership between professionals and the teacherclient relationship. It is abundantly clear that the message which emerges from this collection is that the individual must be equipped to play a full and useful part in a plurilingual world. It is the job of the teacher educator and teacher to prepare, using the practice, the citizens of tomorrow.

plus d'info

What did we try to achieve?

The primary purpose in producing this collection of case studies in Teacher Education is provide a mechanism for sharing good practice. One hopes that this will afford colleagues an opportunity to reflect on the ideas which lie behind this good practice. In the Information Age it is essential that we have access to current information and practices as they relate to our professional lives. The range of geographical and sector spreads would seem to provide some breadth and depth to our insights into the working practices of colleagues from some of the member states.

What were our key tools to achieve the aims?

The idea to bring together a number of case studies arose during a workshop in Graz, December 1998, which set itself the task of looking at changes and developments in the provision of pre-service language teacher education. While it is clear that each member state has its own view on what is most appropriate for its learners, there is also the consideration of language as a tool for bringing closer together the peoples of Europe and beyond. The ECML is ideally placed to act as a nodal point for the dissemination of practice collected from the member states via, in this context, its publications programme.

What are the results of the project?

Learner autonomy has proved to be a useful tool for language learning as teachers’ role has changed to that of facilitators of learning.

Where can you read more about the results of our project?

ECML website: www.ecml.at

Coordinators:
Richard Easton

Télécharger le document

cacher

Développement d’un kit pédagogique à utiliser par les formateurs et les enseignants dans la pratique en classe de langues
Selon notre hypothèse, les enseignants en langues ont besoin de pouvoir adopter une perspective européenne d’enseignement des langues et de développer les compétences nécessaires pour ce faire.

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

  • L’équipe a rassemblé des enseignants en langues auxquels il semblait nécessaire de réfléchir sur les relations entre les programmes d’enseignement des langues et les tendances européennes dans le domaine.
  • Nous voulions mieux connaître et faire reconnaître par nos collègues l’utilité des instruments comme le Cadre européen commun de référence et le Portfolio européen des langues.
  • Nous avons pensé qu’une présentation «personnalisée » de la politique européenne d’enseignement des langues permettra de la rendre plus «digeste».

Quels sont les résultats actuels du projet?

Le kit existe aujourd’hui en format pdf sur le site du CELV et en format papier. Il n’est pas encore complet! Les questions posées inciteront à la réflexion. Nous vous invitons à nous envoyer vos réponses et comptons sur les conseils de nos lecteurs pour améliorer et finaliser le travail.

Voici une brève description du Kit:

La Partie A
est une présentation générale de la politique linguistique du Conseil de l’Europe. Des questions sont placées dans cette partie pour orienter le lecteur et encourager des discussions. Nous y avons ajouté une section consacrée à des références de base.
La Partie B
décrit de manière détaillée le métier d’enseignant de langue dans le primaire et le secondaire en examinant quels sont nos responsabilités, nos rôles, nos tâches, nos compétences, nos ressources qui sont nos élèves
La Partie C
est une boîte à outils «ouverte» contenant des méthodes et des activités relatives à la partie B. Ces outils pourront servir aussi bien la formation initiale et continue que le travail en classe et dans les projets scolaires. Nous espérons que nos collègues nous aideront à enrichir cette boîte avec leurs exemples de bonne pratique!

Coordinateur: Gábor Boldizsár (Hongrie)

Equipe de projet: Magdalena Bedynska (Pologne) Anthony DeGabriele (Malte) Geneviève Girard (France) Daina Kazlauskaité (Lituanie) Krystyna Kowalczyk (Pologne) José Joaquin Moreno Artesero (Espagne) Zoltán Poór (Hongrie) Márta Szálka (Hongrie)

Télécharger le document

cacher

2.2 Le Cadre européen commun de référence

La`capacité de faire´ dans le projet de Bergen
Le Portfolio européen des langues (PEL) se répand à tous les niveaux d'éducation en Europe. Comment cependant maintenir les principes de base du PEL tout en s'assurant qu'il «fonctionne» avec nos étudiants? Comment pouvons-nous être sûrs qu'il correspond à leur monde réel? Peut-il représenter plus?

plus d'info

Quels étaient nos principaux objectifs?

Nous voulions trouver un moyen d'adapter et de compléter les éléments du PEL, afin que ceux-ci reflètent vraiment la réalité des apprenants en langues au niveau du collège et forment la base d'un portfolio de classe utile.

Comment avons-nous procédé?

Adapter le PEL: Sur la base d'une gamme d'études menées parmi les élèves et leurs enseignants, nous avons assemblé une image complète de ce que les élèves de l'âge d'environ 14-16 ans semblent faire lors de leur utilisation de la langue. Au cours d'une série d'ateliers et de réunions, ces résultats ont été incorporés dans des «déclarations can do» et des niveaux généraux de compétence semblant refléter le monde réel de ces élèves. Compléter le PEL: En consultation avec les enseignants et après avoir mené des tests en classe, nous avons rassemblé les supports afin de documenter comment les élèves réussissaient une gamme d'activités en classe. De plus, en organisant un concours de rédaction, nous avons pu nous faire une idée des aspects de la connaissance culturelle qui sont importants pour les élèves, afin de préparer le terrain pour une éventuelle évaluation de cette compétence dans le cadre d'un portfolio. Les travaux ont été menés en trois phases en commençant localement autour de la ville de Bergen pour ensuite inclure tous les pays nordiques et baltiques et finalement présenter les travaux à un groupe pan européen lors de l'atelier final.

Quels ont été les principaux résultats?

Il s'agit à la fois des produits – niveaux, can dos et formulaires d'auto-évaluation – et des processus suivis qui transparaissent dans les supports d'étude.

Comment obtenir plus d'informations?

Sur le site web can-do: www.ecml.at/cando et dans la publication du CELV: La`capacité de faire´ dans le projet de Bergen.

Coordinatrice: Angela Hasselgreen (Norvège)

Equipe de projet: Signe Holm-Larsen (Danemark) Violeta Kaledaite (Lituanie)

Télécharger le document

cacher

Aider les apprenants à apprendre; à la recherche de stratégies d'enseignement et d'apprentissage dans les classes de langues en Europe
Pourquoi certaines personnes semblentelles avoir un «don» pour apprendre les langues, alors que d'autres trouvent cela si difficile? Nous savons maintenant que les bons apprenants en langues développent automatiquement une large gamme de stratégies d'apprentissage. Ces stratégies peuvent elles être identifiées et enseignées aux autres? Si oui, comment?

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

Le Cadre européen commun de référence reconnaît l'importance des stratégies d'apprentissage des langues, mais nous avons le sentiment que les enseignants ont besoin de lignes directrices claires concernant la façon de les enseigner.
Nous voulions donc examiner:

  • comment traiter de l'enseignement des stratégies
  • si les stratégies peuvent être enseignées pour différentescompétences et à des apprenants d'âgedifférent
  • quels sont les effets de l'enseignement des stratégiessur ces apprenants.

Comment avons-nous examiné ces questions?

Nous nous sommes accordés sur certains principes communs concernant l'enseignement des stratégies. Ensuite, chaque délégué a testé des supports basés sur certaines compétences et stratégies et a évalué les résultats. Le domaine de compétence choisi et l'âge des apprenants dépendaient du contexte national particulier du délégué. La publication finale propose non seulement des supports didactiques concrets et pratiques, mais relie également nos conclusions aux idées théoriques issues de la recherche.

Quels ont été les principaux résultats du projet?

Quels que soient l'âge et le domaine de compétence, l'enseignement des stratégies peut aider à améliorer les performances et la motivation de l'apprenant et à développer une plus grande autonomie. Cependant, cet enseignement doit être systématique, comprendre des opportunités de pratique extensive et offrir aux étudiants des lignes directrices claires sur comment planifier et évaluer eux-mêmes leur apprentissage. Les enseignants ont également besoin de soutien pour trouver comment intégrer l'enseignement des stratégies dans leur enseignement de façon régulière et décider quand enseigner quelles stratégies.

Comment en savoir plus sur les résultats de notre projet?

Dans la publication du CELV «Aider les apprenants à apprendre; à la recherche de stratégies d'enseignement et d'apprentissage dans les classes de langues en Europe»

Coordinatrice: Vee Harris (Royaume-Uni)

Equipe de projet: Alberto Gaspar (Portugal) Barry Jones (Royaume-Uni) Hafdis Ingvarsdottir (Islande) Renate Neuburg (Autriche) Ildiko Palos (Hongrie) Ilse Schindler (Autriche)

Télécharger le document

cacher

Assurance de qualité et auto-évaluation pour les établissements scolaires et les enseignants
«Faisons-nous ce qu'il faut?» et «Faisonsnous comme il faut?» sont des questions apparentées clés lors de la mise en oeuvre de procédures de qualité dans tous les domaines. Dans l'éducation aux langues, il est nécessaire d'avoir une idée claire et cohérente de «ce qu'il faut» et des procédures permettant de vérifier que nous le faisons «comme il faut».

plus d'info

Quels étaient les objectifs de notre projet?

  • Consolider le processus visant l'assurance de qualité dans l'éducation aux langues, à la fois dans le secteur public et privé, dans le cadre d'une coopération européenne
  • Adapter et disséminer des systèmes et des approches développés au niveau européen et dans différents contextes nationaux
  • Encourager les professionnels représentant différentes langues à parler «la même langue» quand ils traitent de questions de qualité.

Quels ont été les principaux résultats du projet?

  • Un guide pratique sous la forme d'un CD-ROM et d'un site web – «L'assurance de qualité dans l'éducation aux langues»
  • Le processus de production du CD-ROM
  • Un réseau de professionnels dans ce domaine.
    Le CD-ROM/site web «L'assurance de qualité dans l'éducation aux langues» est un support de ressources qui reflète le travail collaboratif des participants de plus de 30 pays d'Europe. Il a pour but de présenter les résultats du projet à un public plus large dans toute l'Europe et au-delà. Le projet et le CD-ROM se sont vus attribuer le Label européen 2002 de l'innovation dans l'éducation aux langues.

Que trouve-t-on sur le CD-ROM/site web?

  1. des aspects génériques de la gestion de la qualité dans l'éducation aux langues
  2. des standards et des procédures développés au niveau européen
  3. des études de cas issues de différents contextes nationaux et institutionnels en tant qu'exemples de bonne pratique
  4. des instruments pour l'assurance de qualité interne et externe
  5. des interviews avec des experts reflétant les derniers développements dans ce domaine
  6. des liens et des contacts pour plus d'informations.

Coordinatrice: Laura Muresan (Roumanie)

Equipe de projet: Frank Heyworth (Suisse) Maria Matheidesz (Hongrie) Mary Rose (Royaume-Uni) Conception web: Ileana Racoviceanu (Roumanie)

Télécharger le document

cacher