en  fr  de
  1. Accueil
  2.  > 
    Programme
  3.  > 
    2020-2023
  4.  > 
    Formation professionnelle transfrontalière
  5.  > 
    Régions frontalières
  6.  > 
    PL-LT

Lituanie - Pologne

La région frontalière en bref

  • La Lituanie a des frontières avec la Biélorussie, la Lettonie, la Pologne et la Russie (Kaliningrad) ;
  • 3 millions d'habitants (en 2015) ;
  • langue officielle : le lituanien.

Objectifs et défis

  • rendre la collaboration transfrontalière plus intéressante ;
  • diffusion du passé stéréotypé et culturel dans les régions transfrontalières ;
  • avantage : relations transfrontalières ;
  • développement et mise en place d’une coopération transfrontalière dans le domaine de l’éducation.

Situation linguistique

  • Environ 2,7 millions de personnes parlent le lituanien. Il y a 640 000 locuteurs du lituanien à l’étranger. Plus de 90 % des habitants, dont la première langue n’est pas le lituanien, parlent le lituanien avec une maîtrise assez élevée de la langue (Commission d’État de la langue lituanienne)
  • Lituaniens 86,4 %, 5,7 % polonais, 4,5 % russe, 1,5 % biélorusse, 1 % ukrainien, 0,4 % autres nationalités (des pays voisins – 0,1 % letton) (Portail des statistiques officiel).
    Les informations sont basées sur un grand projet sociolinguistique : «MiestaiirKalbos» (Villes et Langues) en 2011.
  • 96 % des habitants ont déclaré que le lituanien était leur langue maternelle et 4 % ont déclaré être bilingues.
  • Dans le sud-est de la Lituanie, le russe est la deuxième langue étrangère la plus parlée en Lituanie. 94 % des Lituaniens déclarent parler le russe. Deux villes ont une nette majorité russe : Švenčionių (63,16 %) et Visagino (76,67 %.
  • Dans le sud-est de la Lituanie, le polonais est la troisième langue étrangère la plus parlée en Lituanie. 35 % des Lituaniens déclarent connaître le polonais. Six villes ont une nette majorité polonaise : Eišiškėse (100 %, Nemenčinėje (97,5 %.), Šalčininkuose (95,12 %), Grigiškėse (90 %, Pabradėje (85 % Et Švenčionyse (84,21 %), Est et Sud.
  • L’anglais prend le pas sur la connaissance du polonais et du russe chez les jeunes générations. Même en 2011, la jeune génération connaissait mieux l’anglais que le russe ou le polonais.
  • La langue lettone n’a même pas été considérée comme significative dans l’étude.

 

Politique linguistique

.... Extrait traduit de «  The State language policy guidelines 2018-2022 » (Lignes directrices relatives à la politique linguistique de l’État 2018-2022) :

2.2. La langue d’État désigne la langue lituanienne utilisée dans les communications officielles et publiques dont le statut est légalisé par la Constitution de la République de Lituanie et la loi sur la langue d’État de la République de Lituanie.

2.3. La politique linguistique de l’État désigne une partie de la politique interne de la République de Lituanie, qui englobe les décisions adoptées par l’État sur le statut et les fonctions de la langue d’État, sa relation avec les autres langues utilisées en République de Lituanie, dans les domaines de l’utilisation de la langue d’État, sur l’établissement et la diffusion de la qualité et des normes d’utilisation de la langue lituanienne standard, sur le renforcement de l’enseignement, la surveillance et le prestige de la langue d’État.

14.7. Les utilisateurs de la langue lituanienne sont favorablement disposés à l’égard de la langue lituanienne en tant que l’un des éléments les plus importants du statut d’État de la République de Lituanie et sont ouverts à des discussions sur son utilisation et sa surveillance.

15. Les facteurs les plus importants qui exercent un impact négatif sur l’état actuel :

15.2. Une compétition entre la langue lituanienne et d’autres langues dans les sphères de la vie publique.

15.8. Réponse insuffisante des institutions liées à l’enseignement de la langue d’État à l’intensification des processus d’émigration, d’immigration et de rémigration et au besoin accru d’enseignement (d’apprentissage) de la langue lituanienne.

16.4. Le système d’enseignement de la langue d’État ne crée pas les conditions nécessaires à l’intégration des nouvelles communautés d’immigrants dans la société lituanienne et son cadre juridique doit être mis à jour.

17. Aujourd’hui, la plupart des langues du monde se font concurrence de plus en plus vigoureusement. La relation de la langue officielle avec la langue anglaise et d’autres langues dans différentes sphères d’utilisation publique n’est pas toujours clairement réglementée :

17.1. Langues d’enseignement supérieur et d’études. Il est nécessaire de créer des conditions pour que les étrangers qui étudient dans des établissements d’enseignement supérieur apprennent la langue lituanienne afin de s’intégrer dans la société.

17.4. Paysage linguistique. La relation de la langue officielle avec les autres langues dans l’espace public d’information n’est pas clairement réglementée ; remplir les conditions d’utilisation de la langue officielle dans les sphères de la vie publique n’est pas clair non plus.

20. Il y a un manque d’émissions linguistiques éducatives, d’articles et de sites web sur Internet préparés par des professionnels, ce qui contribuerait à sensibiliser le public et à renforcer sa responsabilité à l’égard de la langue en tant que base précieuse de l’État moderne chérissant les traditions européennes. Il est nécessaire de rechercher des moyens de rehausser le prestige professionnel des spécialistes des langues.

36. La langue lituanienne dans le système de formation professionnelle :

36.1. Bien que non seulement les citoyens ou institutions de la République de Lituanie, mais aussi les citoyens ou institutions d’autres républiques aient le droit d’initier un enseignement professionnel et de créer des écoles d’enseignement professionnel, la loi modifiant la loi de la République de Lituanie sur l’enseignement professionnel ne réglemente pas la langue d’enseignement dans ces écoles.

36.2. Les enseignants de l’enseignement professionnel ou les candidats à l’enseignement professionnel doivent se conformer aux exigences des programmes d’enseignement professionnel et de la loi sur l’éducation, mais la connaissance de la langue officielle des enseignants de l’enseignement professionnel et le droit des citoyens de la République de Lituanie pour acquérir une profession dans la langue lituanienne ne sont pas assurés.

Formation transfrontalière et marché du travail

De : Statistiques d’émigration-immigration (2018)

  • En 2017, environ 47 % des immigrés lituaniens ont choisi le Royaume-Uni pour s’installer. Les autres pays populaires sont la Norvège, l’Irlande et l’Allemagne. Les pays voisins ne sont pas populaires.
  • En 2017, plus de 72 % des émigrants avaient entre 15 et 44 ans, et ils représentent 37 % de la population lituanienne. Un nombre aussi élevé d’émigration parmi les jeunes entraîne de graves problèmes tels que réduction des mariages, taux de natalité, fuite des cerveaux, manque de main-d’œuvre, etc.
  • Avant 2017, environ 82 % des immigrants de retour étaient des citoyens lituaniens, 3 % des citoyens de l’UE et 15% des citoyens non européens. En 2017, la situation a changé : 50 % seulement des immigrants de retour étaient des Lituaniens, 3 % des citoyens de l’UE et 47% des citoyens de pays tiers. Ceci est significatif pour l’étude car environ 35 % des citoyens non européens étaient des migrants de la région frontalière de l’Ukraine et de la Biélorussie
  • Défis

  • Le chercheur a analysé les obstacles observés dans le domaine des programmes de formation professionnelle des enseignants et des formateurs en Europe centrale et orientale. Les principaux obstacles étaient la qualité et la pertinence de la formation, l’enseignement professionnel et la décentralisation du système de formation, le besoin d’opportunités d’apprentissage tout au long de la vie (Nielsen, 1999).
  • Les chercheurs ont conclu que les régions frontalières de Klaipeda (Lituanie) et de Kurzeme (Lettonie) possèdent une infrastructure physique adéquate permettant un développement commercial réussi entre les régions ; cependant, le plus grand obstacle est que de gros investissements sont nécessaires pour améliorer les infrastructures de développement des entreprises (Saboniene & Zykiene, 2012).
  • Le manque d’informations sur l’environnement des affaires et les possibilités de collaboration dans les régions transfrontalières est identifié.
  • L’absence de lignes directrices méthodologiques pour l’évaluation socio-économique transfrontalière a été reconnue.
  • L’infrastructure socio-économique de la région transfrontalière a fortement influencé l’attrait pour développer de nouvelles relations. Les gens sont toujours à la recherche de partenaires économiquement plus forts que ceux de la région frontalière.
  • Les tensions politiques et historiques entre les pays expliquent en grande partie l’échec de certains projets (Scorwid).
  • Besoins

  • Informations et matériels concernant l’apprentissage des langues qui peuvent être utilisés par les acteurs impliqués dans différents projets de formation transfrontaliers.
  • Sensibiliser au fait que la formation en langues transfrontalières peut accroître la collaboration et les liens.
  • Faire en sorte que les élèves se sentent en sécurité et sûrs d’eux lorsqu’il s’agit de communiquer dans différentes langues.
  • Renforcer la motivation et l’intérêt pour l’apprentissage de la langue voisine et pour découvrir les possibilités d’emploi au lieu de l’anglais uniquement.
  • Les stéréotypes sur les régions transfrontalières doivent être réduits grâce à une éducation multiculturelle.

 

Parties prenantes

Exemples de bonnes pratiques

Aucun projet lié à la formation des enseignants, à la formation professionnelle ou à l’enseignement des langues dans les régions transfrontalières n’est connu.
Quelques projets qui construisent simplement un développement socio-économique transfrontalier.

Défis 

  • D’après une analyse des obstacles observés dans le domaine des programmes de formation professionnelle des enseignants et des formateurs en Europe centrale et orientale, les principaux obstacles seraient la qualité et la pertinence de la formation, l’enseignement professionnel et la décentralisation du système de formation, le besoin d’opportunités d’apprentissage tout au long de la vie (Nielsen, 1999).
  • D’après une autre recherche, les régions frontalières de Klaipeda (Lituanie) et de Kurzeme (Lettonie) possèderaient une infrastructure physique adéquate permettant un développement commercial réussi entre les régions ; cependant, le plus grand obstacle est représenté par les gros investissements nécessaires pour améliorer les infrastructures de développement des entreprises (Saboniene & Zykiene, 2012).
  • La maîtrise de la langue ne serait pas considérée comme un problème important pour la collaboration transfrontalière (Šimanskienė et al., 2012).
  • Les informations sur l’environnement des affaires et les possibilités de collaboration dans les régions transfrontalières sont insuffisantes.
  • Des lignes directrices méthodologiques pour l’évaluation socio-économique transfrontalière manquent.
  • L’infrastructure socio-économique de la région transfrontalière a fortement influencé l’intérêt à développer de nouvelles relations. Les gens sont toujours à la recherche de partenaires économiquement plus forts que ceux de la région frontalière.
  • Les tensions politiques et historiques entre les pays expliqueraient en grande partie l’échec de certains projets (Scorwid, 2019). 

Besoins

  • Informations et matériels concernant l’apprentissage des langues qui peuvent être utilisés par les acteurs impliqués dans différents projets de formation transfrontaliers. 
  • Sensibiliser au fait que la formation en langues transfrontalières peut accroître la collaboration et les liens.
  • Faire en sorte que les élèves se sentent en sécurité et sûrs d’eux lorsqu’il s’agit de communiquer dans différentes langues.
  • Renforcer la motivation et l’intérêt pour l’apprentissage de la langue voisine et pour découvrir les possibilités d’emploi au lieu de l’anglais uniquement.
  • Les stéréotypes sur les régions transfrontalières doivent être réduits grâce à une éducation multiculturelle.

Contact dans ce projet

Vaida Misevičiūtė
vaida.miseviciutevdu.lt